Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
 Blog de Michèle Bayar

Blog de Michèle Bayar

Littérature, parutions, humeur, écriture, fiction, cinéma, jeu, mots, jeunesse, ateliers d'écriture, coaching littéraire

Publié par Michèle Bayar

Les Combattants de l’Humanité

Beau titre n'est-ce pas ? Pour une chronique de Résistants simplement humanistes ? Héros modestes et anonymes.

Qui l'eut cru ? Penser est risqué, témoigner est audacieux : "Le premier qui dit la vérité, il sera exécuté" chantait Guy Béart.

Ces personnages hors du commun choisis par Michèle Bayar simplement parce qu'ils osent chacun à son poste, résister selon sa vocation, forcent l'empathie et l'admiration bien mieux que des super héros. Des modèles de bienveillance, de confiance et de justice (selon la définition de la paix par Spinoza).

Cet ouvrage rappelle que tous les Allemands n'étaient pas nazis, tous les Pieds noirs n'étaient pas colons et pour autant que tous les Arabes musulmans ne sont pas pour un Califat rétrograde.

Ces gouttes d'eau authentiques et exemplaires pourraient faire déborder le vase de ce siècle de radicalisation collective et individuelle.

Résister, rester vivant ! Contre le retour du "bacille de la peste qui ne meurt ni ne disparaît jamais, il peut rester pendant des dizaines d'années endormi, il attend patiemment et le jour vient où pour le malheur et l'enseignement des hommes, la Peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom) réveille ses rats et les envoie mourir dans une cité heureuse"…. (Camus)

Le romanesque sous la plume de Michèle Bayar est parlant, simple et beau, bien documenté (J'ai beaucoup appris sur les mœurs des Quakers dans Pitt et Yvés, sur l'exil des petits Blancs pieds noirs dans Paul et Greta, etc…)

L'Ecriture, cet Art des sons et du sens " La Fontaine, c'est énorme !" s'écrirait Luchini.

Si la littérature est la seule forme d'art qui réunit en un seul objet : le fond (en gros le sens clair et net) et la forme (beauté esthétique commune à tous les arts) il me faut parler de la beauté et de l'originalité du style Bayar qui porte ses récits.

Phrases concises presque télégraphiques :

"Greta Décédée, obsèques demain. Je t'avertis pour le cas où tu voudrais envoyer des fleurs."

Ce SMS laconique qui déclenche la quête de l'auteure de "Paul et Greta" paraphrase le fameux télégramme de l'asile de Marengo d'Albert Camus dans l'Etranger.

"Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués."

Le présent de narration à la seconde personne du singulier : " Il est tôt. Tu traverses Mosset sans croiser personne et tu sors du village (…)" même tonalité expressive qu'Apollinaire :" Voilà la jeune rue et tu n'es encore qu'un petit enfant. Ta mère ne t'habille que de bleu et de blanc (…)" parfaite pour les flashback.

Le fil conducteur des deux récits est génial : c'est le point de vue d'un chien qui illustre le monologue de la mémoire qui va nous accompagner et nous guider.

Tout ceci est goûtu et gouleyant, bien préparé par un bon Chef.

Ca rappelle quelques classiques et leurs trouvailles culinaires personnelles : l'imparfait de Flaubert, le conditionnel passé 1ère forme de Duras, l'art poétique de Verlaine : "La nuance seule fiance le rêve au rêve et la flûte au cor".

Les écrivains sont définitivement des metteurs en scène poétiques.

Lire et écrire sont, selon moi, les plus nobles conquêtes du cerveau humain à appliquer en priorité à l'humanisme !

Souhaitons à ce livre une suite : ce serait l'histoire des belles personnes à travers toute l'histoire de l'humanité. Cela préserverait notre foi en l'Homme.

"Faut-il briser la statue de l'homme, si je la brise je me tue, j'hésite en somme." Claude Nougaro.

Jean Guérin, Mars 2016.

Articles récents

Hébergé par Overblog