Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Blog de Michèle Bayar

Blog de Michèle Bayar

Littérature, jeunesse, ateliers d'écriture,cinéma, humeur

Publié le par Michèle Bayar
Publié dans : #littérature

LA_GROTTE_OURSU_une.jpgQuelques mots sur l’histoire de l’histoire :

Premier mai 2010. Comme Laïa, une des héroïnes du roman, je participe au pique-nique du Chronodrome. Je découvre la manifestation et j’y rencontre Pascal et Elias. Je suis émue par leur certitude qu’un jour le futur pourrait répondre à leurs messages. J’ai envie de les taquiner. Et si le futur répondait mais que nous n’étions pas capables de décrypter ses messages ?

Sont nées alors mes deux figures principales : Laïa dans le présent et Liane dans l’avenir. L’une se laisse submerger par sa créativité, l’autre ressent pour ses ancêtres un intérêt qui n’est pas porté seulement par ses recherches archéologiques. Elles se cherchent l’une et l’autre, se pressentent, se frôlent au-delà du temps qui n’est peut-être qu’une illusion.

 

Vous pouvez-vous procurer « La Grotte Oursu » aux éditions chez votre libraire (bientôt), sur Amazon et sur le site des éditions Kirographaires. Et vous pouvez aussi vous initier à la spéléologie dans la grotte Oursu aujourd'hui nommée grotte de la Caune.

Commenter cet article

Florence Rigaldo 10/06/2012 12:18

Après avoir un peu patiné à l’entrée de la Grotte, le postulat sur lequel repose le récit étant un peu déstabilisant en soi (si le présent et le futur coexistent, existe-t-on réellement ?), j’ai
pris plaisir à suivre la progression des uns et des autres. Avec l’alternance des points de vue, de Liane à Laïa, le roman se construit sur le principe du relativisme culturel : le regard curieux
et intrigué que portent les elfes sur leurs très lointains ancêtres pas du tout sapiens nous amène, à la façon de Gulliver ou d’Usbek, à revisiter notre mode de fonctionnement. Le monde en 66650
(ça fait quand même dans drôlement longtemps…) est utopique, mais peut-être pas totalement hors d’atteinte – si du moins on devenait capable de dépasser la quête frénétique de la satisfaction et du
confort immédiats.
Car en fin de compte, dans un monde pourtant radicalement nouveau où les êtres sont pacifiés, les elfes ne sont pas si différents que cela de leurs ancêtres, n’en déplaise à Ildel. Les personnages
de 2010 et de 66650 se font écho. Bien davantage que les connaissances et la « machinerie » dont disposent les elfes, n’est-ce pas plutôt la sensibilité et la fibre intuitive de Liane et de Laïa
qui leur permettent de se deviner et de se rejoindre pour cette improbable rencontre ?

Michèle Bayar 30/06/2012 15:20



Chère Florence, quelle belle analyse ! Merci de votre lecture si sensible.



Isabelle Guérin 19/05/2012 09:43

Chère auteure,
J'ai retrouvé le nom du livre intéressant: il s'agit de La rédemption de Christophe Colomb de Orson Scott Card. Voici un lien pour y accéder
http://www.noosfere.com/icarus/livres/niourf.asp?numlivre=1546508370
Lecture hautement recommandée quand on s'intéresse aux paradoxes temporels et autres !
Isabelle.

Michèle Bayar 19/05/2012 10:45



Merci belle Isabelle pour cette info au mois de mai (private jock sur une vieille chanson...)


J'y vais de ce pas (sur ton lien). @ bientôt des nouvelles



Isabelle Conte Guérin 12/05/2012 08:43

Hello Michèle,

Eh oui, effectivement ton intégration des elfes faisant plutôt référence à ce que l'on appelle la "fantasy", on peut se demander à quel point tu ne crois pas à ce futur beaucoup trop
fantasmagorique, peut-être, parce que trop idéaliste, d'où la volonté d'en faire presque un mythe. Les mythes ne sont pas forcément faux non plus, ils ont toujours une trame de réalité. Mais il est
vrai que tu t'en es bien tirée sur la fin, en faisant appel au concept de "l'effet papillon", une petite chose peut changer l'avenir...
Nos descendants sont difficiles à imaginer plus sages, et tous les romans de science-fiction sont plutôt pessismistes sur le sujet.
Il faut absolument que je retrouve le titre du bouquin dont je t'ai parlé car il fait appel à un monde alternatif au nôtre. La Terre n'est plus dominée par le monde occidental que nous connaissons,
l'histoire en est changée.
Bises et à bientôt,

Michèle Bayar 13/05/2012 19:07



Chère spécialiste de la science-fiction,


Oui, je n'ai pas respecté les lois du genre et je ne propose aucune dystopie mais plutôt le déploiement de mes propres utopies qui me portent à croire qu'en changeant nous-mêmes nous pouvons
changer le monde... j'avoue que j'ai pris du plaisir à inventer les sapiens coviviens même si je ne sais pas exactement comment ils sont, ces descendants, ni qui les a enfantés... quoique... en
lisant "Les chemins de l'espérance" de Stéphane Hessel et Edgar Morin, je pense que nos mutations sont en cours et que les premiers spécimens offrent déjà des pistes...  j'aime beaucoup ta
référence à l'effet papillon. Merci de ce commentaire. J'attends le titre du livre :)



Christine Gille 09/04/2012 08:19

Bonjour,
Je ne suis pourtant pas une adepte de la science-fiction mais j'ai beaucoup aimé votre livre que vous avez dédicacé pour mon neveu Damien le 1er avril à St Hippolyte. Je l'ai même trouvé un peu
court, mais ça plaira à mon neveu qui n'est pas un grand lecteur, ce qui est bien normal à 13-14 ans. J'avais envie d'en savoir plus sur ce futur qui donne de l'espoir vis à vis de notre
environnement. Il faut faire confiance à l'être humain... Mes neveux viennent pour les vacances, nous irons faire un petit tour dans cette grotte Oursu. Un grand merci, j'ai fait un beau voyage.

Articles récents

Hébergé par Overblog