Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michèle Bayar

Littérature, jeunesse, écriture créative

Géant ou minuscule ?

Il y a quelques jours, lors du concert de Thierry T. et Alex sous les étoiles, j'ai vécu un moment d'humour, de convivialité et de poésie, un de ces moments rares et inattendus qui conservent leur parfum de magie jusque dans le souvenir. Cerise sur le gâteau, Thierry m'a autorisée à vous partager les paroles d'une chansong que je lis et relis avec le même plaisir et la même émotion. Il se raconte en off (dans les coulisses du spectacle) que vous l'entendrez peut-être un jour... Affaire à suivre. En attendant, je vous laisse savourer la musique des mots.

 

 

" Mais qu’est ce que tu as dit petit minus

Lança un jour la puce au petit virus

Mais pourquoi donc m’appelles-tu camarade ?

Arrête tout de suite cette mascarade

Du calme du calme répondit le virus

Voudrais-tu bien me servir d’autobus

Et si tu ne me laisses pas en rade

Tu verras tu ne seras pas malade

Mais qu’est ce qui te prend petit moucheron

Tu es trop petit pour être mon compagnon

C’est par ces mots et sur un ton rageur

Que le roi lion tança cet imposteur

Ne fais pas le fier dit le fanfaron

Soit plus affable comme le veut la chanson

Tu sais bien que tu ne me fais pas peur

A quoi ça te sert de semer la terreur ?

 

Arrête donc d’être ridicule

De te croire aussi fort qu’Hercule

Du plus grand au plus minuscule

On descend tous de la même molécule

 

Qu’est ce qui te prend de m’appeler « mon frère »

S’exclama le grand homme en colère

Tes origines sont tellement minables

On ne mangera pas à la même table

Je sais je sais répondit le traine misère

Mais ton existence parasitaire

Se nourrit de ma sueur corvéable

Un merci serait plus que charitable

 

Alors ne soit pas ridicule

Que tu t’appelles machin ou bidule

Du plus grand au plus minuscule

On descend tous de la même molécule "

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article